25 août 2005

Sacrées Sorcières

Pour tout savoir sur les vraies sorcières et obtenir plus d'informa-tions sur leur Congrès annuel, Roald DAHL a écrit à votre attention Sacrées sorcières.

L'HISTOIRE. Le narrateur commence par disserter sur les sorcières, comparant les vraies à celles auxquelles la litétrature de jeunesse nous a habitués. Abandonnez tout de suite l'idée du balai et du chapeau pointu, la verrue sur le nez et la longue cape bourrée d'araignées décaties. Par contre, il y a quand même, comme on dit, "des signes qui ne trompent pas" lorsqu'on veut reconnaître (et donc éviter à temps) les vraies sorcières. Le narrateur se plonge dans ses souvenirs (récit enchâssé) de môme, lorsqu'il n'avait que 8 ans et que sa grand-mère lui a livré un curieux héritage en guise de savoir-survivre. Pour avoir appris à ses dépens l'existence d'une sorte de congrégation internationale de sorcières, il va être amené à affronter la plus dangereuse d'entre elles : la Grandissime Sorcière, alors en plein Congrès devant une salle remplie de ses congénères pustulantes. Notre jeune ami, dresseur de souris à ses heures, va devoir s'improviser un rôle à la mesure de sa passion...

Le récit composé ici par Roald DAHL est certes rigoureux et riche, regorgeant d'analepses et de prolepses (des explications seront données aux néophytes par commentaires...). Mais hélas, notre auteur rate plusieurs occasions de retomber sur ses pieds et de faire de Sacrées Sorcières un récit aussi implacable que peut l'être celui de Matilda, ou du Bon Gros Géant. Un exemple : la situation dans l'épilogue pourrait avec peu de mots mettre en perspective l'incipit, à condition qu'on nous dise quand et comment est composé le récit que nous lisons. Une structure "bouclée" sur elle-même est propre à donner le vertige, et par conséquent à laisser le (jeune) lecteur dans l'indécision quant à la crédibilité de l'histoire. Dommage !

Plus largement, Roald DAHL ne veut pas que ses sorcières correspondent aux clichés habituels, mais les autres aspects de son récit sont gentillets, plutôt inoffensifs. Songez donc : lorsque le narrateur parvient à mettre en échec la Grandissime Sorcière, cela ne donne lieu à aucun commentaire particulier ! Aucun héroisme, pas de registre épique là où tout lecteur est en droit d'en attendre de fortes doses. Et puis il y a ici quelques éléments recyclés, presque mots pour mots, en provenance d'autres récits de Roald DAHL, et décidément cela finit par faire beaucoup de handicaps à notre plaisir.

Pas un mauvais livre, loin s'en faut, mais Roald DAHL nous a habitué à mieux.

Récit paru en 1983 - 201 pages, coll. Folio Junior - 6,60 €

Un autre point de vue sur ce livre, par ICI

Retour chez Roald DAHL
Roald DAHL, Charlie et la chocolaterie
Roald DAHL, La Potion magique de Georges Bouillon
Roald DAHL, Le Bon Gros Géant
Roald DAHL, Matilda
Roald DAHL, Les Deux gredins
Roald DAHL, L'Enorme crocodile
Roald DAHL, James et la grosse pêche

2 commentaires:

Océane a dit…

c de la bombe ce livre je le lit a l'école et je l'adore et j'aimerai le resevoir ché moi mn adresse é (...) voila envoyer le moi kan vous vous lé et n'esité pa ok!bn a bientot et envoyer moi vite le livre merci aurevoir OCéANE

Nico a dit…

Chère Océane, ici tu n'es pas sur un site commercial, mais sur un blog personnel. Si tu étais sur un site commercial, le commerçant pourrait à la rigueur faire un geste en t'offrant le livre pour paraître sympathique.
Moi-même, je ne vois pas bien pourquoi je t'enverrais un livre ?
Par ailleurs, je te déconseille de donner ton adresse sur internet... c'est pour cela que j'ai préféré l'effacer dans ton commentaire.
J'espère que tu continueras à découvrir Roald Dahl à travers d'autres titres, comme par exemple Le Bon Gros Géant ou bien Mathilda.
N'hésite pas à repasser sur ce blog et à laisser d'autres commentaires !
:)