18 novembre 2005

Oh, Boy !

Et encore un carton de M.-A. M. !

La fratrie Morlevent réunit quelques profils assez contrastés : Siméon en est jusqu'ici l'aîné, il a 14 ans, il est laid et surdoué (il passe le Bac cette année). Morgane, 8 ans, laide, surdouée et fréquemment oubliée. Venise, 5 ans, très belle et très conne.

Bon. Il faut avouer que, présenté comme cela, c'est un peu bizarre. Normal : c'est ainsi que Murail elle-même présente le tableau. Continuons : les trois enfants Morlevent ont vu leur père disparaître dans la nature il y a quelques années de ça. Non pas que ça ait constitué une surprise : il avait déjà planté ses deux foyers précédents dans le décor. C'est comme ça. Le problème, c'est plutôt quand la mère de Siméon, Morgane et Venise vient à se suicider en avalant des produits d'entretien. Les trois enfants sont placés illico presto en foyer. Alors que la juge d'instruction et l'assistance sociale se cassent déjà la tête pour tenter de trouver un foyer commun (pour ne pas casser la fratrie), surgissent un demi-frère et une presque-demi-soeur. Le premier, sorte de gigolo irresponsable, sans boulot, passionné de jeux vidéos. La seconde, ophtalmo, riche à en mourir d'ennui, convenablement mariée, et n'arrivant pas à avoir un enfant...

Josiane, pour ne pas la nommer, va donc tout logiquement faire une fixation sur Venise, cette petite fille très mignone, tombée du ciel comme un cadeau providentiel. De presque-demi-soeur, Venise pourrait devenir une petite fille modèle pour Josiane. Sauf qu'il y a les deux laidrons, Siméon et Morgane, qui semblent faire partie du même paquet. Pour le moment, Josiane les abandonne à Barthélémy, "Bart" pour les intimes, le demi. Bart ? Beau et con, comme Venise. Les deux filles sont sous le charme de leur nouvel aîné. Avec Siméon, ça coince un peu au départ.

Jusqu'à ce que le destin commence à s'acharner sur les Morlevent...

Marie-Aude Murail compose ici un roman particulièrement attachant, poignant bien qu'aussi drôle (sinon plus) que Ma vie a changé. Il y a du J. D. Salinger là-dedans, si l'on se souvient en particulier de l'idée de fratrie dans Franny and Zooey, ou encore de la tendresse de Holden pour Phoebe dans le mythique et inégalable Attrape-coeurs.

Mieux encore que pour Maïté Coiffure, on se dit que ce roman est composé comme un bon téléfilm sur lequel on aimerait tomber un lundi soir. Chacun des membres de la famille éclatée des Morlevent, et même les personnages secondaires qui les entourent, sont non seulement profonds, mais transpirent une sorte de vérité humaine toute simple. Les portraits d'Aimée (la "voisine du dessus" de Bart, véritable martyre), de Nicolas Mauvoisin (je ne peux pas vous dire qui c'est, sous peine de trahir le suspens), de M. Philippe (le Proviseur du lycée de Siméon) sont vraiment frappants. Venise est impayable lorsqu'elle transfère sur Barbie et Ken ses questionnements sexuels de petite fille. Bart, pitoyable dans les premières pages, finit en véritable héros, "Oh, Boy !"

Allez hop ! Lisez-moi ce livre, et que ça saute !

207 pages, éditions Ecole des Loisirs - 9,50 €
Retour chez Marie-Aude MURAIL
Marie-Aude MURAIL, Maïté coiffure
Marie-Aude MURAIL, Ma vie a changé

2 commentaires:

Siri a dit…

Ouai mais Maïté coiffure c'est carrément plus récent que Oh Boy ! Ils l'ont toujours pas à la bibli ^^ ALORS ON COMPARE PAS. Et puis bon, c'est d'un autre niveau aussi.

Pour Salinger, j'suis pas d'accord... c'est vrai quoi, Murail, C'EST MIEUX ! Carrément plus poignant :')

Dans le genre, connaissez-vous "Pour du gravier dans nos chaussettes" dans la même collection et de jesépukeloteur ? Et "Golem" de Murail ? (La description du prof de français dans le premier chapitre ( je crois) y est très joussive(OUAIS J'AI LU VOTRE PROFIL XD)).

Anonyme a dit…

salu tout le monde, moi j'ai étudié ce livre en français et je l'ai trouvé superbe voici des informations du livre que j'ai etudié si sa peut vou aider

Pour quelle(s) raison(s) as-tu choisi ce livre ?

J’ai choisie ce livre, parce que le résumé
parlais de trois jeune orphelins qui voudraient
être adoptés, moi j’aime bien les histoire de famille donc ce
livre m’intéressait. Puis, en regardant la couverture,
je la trouvais à la fois amusante et mystérieuse mais je ne
s’avais pas pourquoi. En tout cas ce livre m’intéressait.


Le titre du livre : est-il bien choisi ? pourquoi ?
.
Le titre du livre est bien choisi parce qu’il correspond à l’expression que le narrateur a employé pour exprimer la réaction d’un des personnages quand il est dépassé par les évènements important de l’histoire. Ce personnage devient de plus en plus important au cour de l’histoire et celui-ci est beaucoup tourmenté à cause de ses demi-frère et demi-sœurs donc celui-ci employé beaucoup cette expression

L’illustration : est-elle bien choisie ? pourquoi ?

Cette illustration à été mal choisie parce que celle-ci représente une petite fille adorable, mais l’histoire ne tourne pas que autour d’elle. Cette histoire est basée sur trois orphelin, moi, j’aurais mis des livres scolaires ( ce qui représente les deux aînés )
Et des barbies ( ce qui représente la petite dernière ).


Le résumé du livre : donne-t-il envi de lire ce livre ? pourquoi ?

Ce résumé donne envi parce qu’il décrit les personnages principaux tout en leur donnant un coté mystérieux. En le lisant je me suis dis qu’il allait avoir de l’aventure dans ce livre avec ses enfant et de l’humour parce que souvent les enfants on ne s’ennuie pas avec leur étourdi et leur malice.


·Ce qui ma plu :

J’ai trouvée que ce livre était palpitant, parce qu’il est drôle, triste et captivant à la fois, beaucoup de problèmes y sont traité (la maladie, la souffrance, l’homosexualité, la mort d’un parent). L’auteur décrit bien les personnages, leurs expression ainsi que les lieux parcouru. Les dialogues m’ont permit de me mettre à la place des personnages. J’ai trouvé que beaucoup d’émotion traverse ce récit qui aborde avec intelligence et gravité des thèmes aussi dure que la mort, la maladie, l’acceptation des différences …