20 décembre 2007

(BD) Vitesse moderne

C'est la première fois que je lis une BD de BLUTCH. Cet auteur et dessinateur, qui a eu 40 ans cette année, a été édité à L'Association, chez Fluide Glacial et Casterman. Blutch s'est principalement illustré dans des récits courts et des œuvres monotoMes.

Vitesse moderne, c'est un récit très très très onirique, composé « dans la matière dont les rêves sont faits », comme dirait je ne sais plus qui. Et pour le coup, on peut penser à la Nadja de André Breton. Sauf que Lola, chez Blutch, n'est jamais le moteur de son propre rêve éveillé : elle le subit au contraire, tout au long de ses quatre-vingt pages et à l'exception de la dernière planche. Lorsqu'elle passe le seuil d'une porte, elle ne sait jamais dans quelle autre pièce de son rêve cela va la mener. On se croirait un peu Dans la peau de John Malkovich. En butte contre ce magnifique aléatoire, Lola évite de justesse de se faire violer par son voisin, par son père, par son chorégraphe (le sosie de Merce Cunningham), de se faire lyncher par ce même chorégraphe, par des femmes de la haute ou par un groupe de religieuses. Au final, la seule expérience érotique à peu près satisfaisante du volume est celle qu'a vécu Omar Sharif le jour où il a pris le métro, et qu'il s'est retrouvé avec un cul anonyme, ferme et odorant en plein milieu de la figure... Mais je ne vais pas vous raconter tout ça.

Le trait est affirmé et les ambiances sont très belles. Le personnage de Renée, écrivaine un peu vaine, accompagne Lola comme un fantôme d'un bout à l'autre du récit.

Un volume complètement esthète, à lire d'une traite par peur de s'ennuyer, ou en tout cas de ne pas retrouver ni le fil de l'histoire, ni le pourquoi du comment. Composé comme un rêve, Vitesse moderne se lit comme on regarde un téléfilm sans scénario : sans bouder son plaisir, sans attendre grand chose.


80 pages, coll. Aire Libre - 13,30 €
10... 9... 8... 7... 6... 5... 4... 3... 2... 1...

1 commentaire:

cequetulis a dit…

Le thème, l'onirisme, les personnages féminins... ça me tente tout de même pas mal. Joyeux Noël Nicolas!