23 juin 2007

Playing in the dark

Toni MORRISON, à travers une série de conférences données dans de prestigieuses universités américaines, en candidature pour l'obtention du Prix Nobel qu'on lui attribuera l'année suivante, s'intéresse à l'absence omniprésente du Noir dans le roman américain dédié au mâle blanc dominant.

Dans une langue bourrée de termes abstraits, démultipliant les propositions subordonnées relatives, les énumérations, les point-virgules, l'auteure afro-américaine la plus en vue des années 1990 tente de démontrer que la présence des Noirs sur le sol américain depuis le XVIIè s. a fortement imprimé sa marque dans une littérature qui pourtant se comporte comme s'ils n'existaient pas.

Les exemples sont peu nombreux et n'arrivent qu'après 40 pages de bavardage. Le premier d'entre eux, d'un intérêt discutable, est de Willa Cather, inconnue au bataillon, qui semble produire des romans de seconde zone à propos desquels on se demande ce que Toni Morrison peut y trouver de consistant.

Après une longue analyse de Willa Cather, Toni Morrison en vient enfin à des auteurs qui méritent une analyse poussée : Mark Twain, Edgar Alan Poe, Ernest Hemingway. A propos de ce dernier, sur lequel elle termine son ouvrage, elle fait bien de nous préciser qu'elle ne règle pas de compte personnel et qu'elle ne vise pas à dicter aux auteurs ce qu'ils doivent écrire ou non, quels sujets ils doivent traiter, de quelle façon, etc. Parce que si elle se défend de le faire, elle le fait bel et bien.

Bref, un ouvrage d'un intérêt théorique pauvre, où l'auteure, peut-être trop proche de son sujet, peut-être simplement mal à l'aise dans le champ théorique, ne parvient au mieux qu'à enfoncer des portes ouvertes.

Toni Morrison : un roman, un essai, deux déceptions ! A suivre...


114 pages, coll. 10/18 - indisponible

2 commentaires:

durlephil, non? a dit…

j'ai découvert le travail de morrison en préparant l'agreg et je reste frappé, outre ses qualités de fictionalist, par son travail éblouissant sur la "couleur".

Nicolas a dit…

Mouais. Je n'ai pas dû lire les bons bouquins, jusqu'ici... Avez-vous lu Baldwin ? C'est infiniment plus profond et incroyablement mieux écrit, à mon sens...