02 juin 2007

(BD) Les Voisins du 109

Caro m'a offert cette B.D., premier tome d'un probable triptyque de COYOTE et Nini BOMBARDIER.

Les Moinot sont un gentil petit couple avec un jeune enfant. Ils arrivent au 109, un bâtiment anonyme au milieu d'un quartier résidentiel non-identifié. D'abord inquiets de leur déménagement (les trois quarts de leurs affaires sont partis à Lourdes à cause de Gaston, un routier alcoolique), contre toute attente ils vont rapidement trouver de l'entraide, de la bienveillance réciproque... et aussi pas mal d'excentricité.

Si les premiers mots de M. Marcel le concierge ne sonnent pas très "accueillant", cet ancien militaire plus baraqué que Schwarzy est en fait le plus serviable des hommes. En montant les premiers cartons dans les étages, les Moinot rencontrent Marie-Rose, la petite vieille qui tombe toujours dans les escaliers. Puis un jeune couple "gothique", Iggy et Luna, qui ne se séparent jamais de leur hérisson Alice (en référence à Alice Cooper).

Un peu plus tard, on découvre aussi Mme Benomar (une femme voilée au visage serein), Gaetano Ferrari (un apprenti tragédien méconnu), Double-Lune et Joyeux -Calumet, deux vétérans de Woodstock, et enfin Irina, la belle blonde venue du froid jusque dans la loge du concierge.

Viendront s'ajouter à cette galerie de personnages plutôt hétéroclite un certain Musclor et une certaine Dirty Slut, deux allumés du clavier qui se chauffent sur leur écran d'ordinateur tout en ignorant qu'ils se croisent tous les jours sur le palier. Et puis, last but not least, Jean-Hubert et Anne-Marie-Charlotte, qui comme leurs prénoms l'indiquent sont de sacrément gais lurons.

Empruntant à l'art de la caricature, Coyote et Nini Bombardier enchaînent les histoires courtes pour construire, petit à petit, le début d'une série. Ce premier tome, intitulé "Vendredi", sera suivi d'un "Samedi", c'est annoncé. Ces 48 pages sont drôles et pas méchantes. On se moque de caricatures. La situation est hautement improbable. Alors même les allusions au physique font rire sans mauvaise conscience. J'ai beaucoup aimé aussi le jeu de mot filé autour du mari de Marie-Rose, mort au front d'un coup de sabot de vache. Et ce genre de mort, c'est dur pour tout le monde. Surtout au front.

Une BD sympa avec des personnages attachants. On attend la suite !

Les dessous des Voisins.
48 pages, coll. Troisième degré Lombard -

2 commentaires:

malaurie a dit…

Mort de rire du début à la fin...

Nicolas a dit…

Carrément ?!