10 mars 2006

Monsieur Jean

DUPUY et BERBERIAN ont créé deux personnages récurrents : Monsieur Jean et Henriette. Le plus drôle, c'est qu'il vivent dans le même immeuble (si j'ai bien suivi). Mais ils ne se côtoient pas : Jean est (au départ, en tout cas) un trentenaire célibataire, écrivain à tendance dépressive, Henriette est la petite fille de la concierge de l'immeuble (enfin il me semble).

J'avais déjà lu, parmi les (més-)aventures de Jean, l'album intitulé Vivons heureux sans en avoir l'air. Une petite visite à la bibliothèque de mon quartier, pour laquelle Monsieur Jean est manifestement un incontournable, et me voilà de retour à la maison avec 4 autres tomes : Les Nuits les plus blanches, Les Femmes et les enfants d'abord, Comme s'il en pleuvait et Un certain équilibre.

Le premier des quatre date de 1992. Monsieur Jean va sur ses trente ans, et nous fait une crise d'insomnie prononcée. Les conseils de ses deux meilleurs amis ne sont pas forcément les meilleurs à écouter, car ils finissent par provoquer des catastrophes en chaîne. L'atmosphère est attachante, et on accompagne Monsieur Jean à Lisbonne, sur les traces de Pessoa (sans avoir chercher à l'être), puis chez lui entouré de sa collection de vinyls de Billie Holiday... ça fleure bon la culture Woody Allen...

Le dernier tome, dommage, est un recueil de très courtes séquences, où aucune histoire ne prend le temps d'exister.

Le plus prenant des quatre, de loin, est selon moi Les Femmes et les enfants d'abord, où l'histoire est à la fois prenante, drôle et très émouvante, grâce entre autres à des décalages temporels et autres petites trouvailles.

Le plus intéressant sur le plan visuel est de très loin Comme s'il en pleuvait, où l'on trouve de véritables effets de cinéma, tels des décors qui s'estompent derrière un personnage, pour le projeter d'un endroit à un autre, d'une époque vécue à une scène fantasmée. C'est subtil et ça reste léger. Le dosage parfait, peut-être...

En bref, Monsieur Jean, c'est le type que je suis, c'est le type que nous sommes. C'est la banale moyenne entre un Woody Allen et un Jérémie. Et parfois la moyenne a du bon.


Aller aux BD
Env. 52 pages par tome, coll°. Les Humanoïdes associés - 9,30 € chaque tome

3 commentaires:

Juliann a dit…

Ahhh... J'adore ces auteurs, j'ai bien sur des Monsieur Jean chez moi, dont un, auquel je tiens particulierement: une dédicace dessiné par Berberian lors d'une séance dans un Virgin (je remet ça pour Yslaire dans quelques jours).
Mais j'aime aussi Henriette, et j'avais jamais fait gaffe à ce lien là 0_°

Blip a dit…

À lire aussi « La Théorie des gens seuls », collection tohu bohu chez les Humanoïdes aussi (plus petit format, couverture souple et dessins en noir et blanc). Ce sont des histoires qui ont lieu entre la moitié du tome 3 et le début du tome 4.

Nicolas a dit…

Euh... les tomes de Monsieur Jean ne sont pas numérotés, si ?

Enfin je suppose qu'il suffit de les lire dans l'ordre de parution pour reconstituer chronologiquement la vie des personnages ?

A noter d'ailleurs : même si Un certain équilibre (dont le titre me rappelle celui de Sagan, Un certain sourire) est constitué de saynètes, ce tome de 2005 se situe en effet à la place la plus récente dans la chronologie de Monsieur Jean et de ses proches. C'est donc bien un album original, et non une compilation...