03 novembre 2006

(BD) Ganges, 1

Kevin HUIZENGA. Voilà un drôle de nom d'auteur, qui semblerait sonner à la fois américain et japonais. C'est justement un auteur de comic dont la simplicité du trait peut rappeler celle de certains mangas "occidentalisés", tels ceux de Jirô Taniguchi.

En quatre courtes histoires, Huizenga nous présente son héros, Glenn Ganges, jeune américain vivant dans une banlieue moyenne, en couple. Dans des cases bichromes bleues qui rappellent les BD de son compatriote Seth, alias Gregory Gallant, Huizenga nous fait entrer dans le monde de Glenn Ganges par le quotidien : la cafetière qui s'emplit, se vide et se remplit, les soirées à bouquiner sur le canapé ou à écouter de la musique sur un ordinateur, le trajet à pieds jusqu'à la bibliothèque, les détails extérieurs qui rappellent l'an passé, et les autres années encore avant...

Les trouvailles de Huizenga pour mettre en scène son héros ne cassent peut-être pas la baraque de la BD américaine contemporaine, après des auteurs comme Chris Ware, Art Spiegelman ou Craig Thompson, mais ses petits jeux récurrents sur la chronologie du récit font leur effet. De petites remarques sur de petits détails, on bascule d'une case à l'autre dans des réflexions à la fois intimes mais aussi très collectives et générales sur le retour du même, la construction de l'identité dans un temps cyclique (d'inspiration biblique), ce qui nous rend dépendant de l'autre (aversion, amour).

C'est un nouvel auteur à découvrir dans une belle collection. Vive la diversité des éditions de BD aujourd'hui !


32 pages, coll. Coconino - 8 €
Et une BD en 10 pages totalement gratis par ICI, une autre Là !
Et on en parle justement en ce moment sur le site de Drawn & Quarterly !


Mise à jour : Julie & Christophe en ont parlé dans "Dans ta Bulle !", épisode 15, comparant le dessin de Ganges et celui de "Bob et Bobette"... ...

4 commentaires:

Michele a dit…

Voilà un auteur, de BD que je ne connaissais pas, merci le BàL, je vais aller faire un tour dans une librairie, voir si je le trouve..

Nico a dit…

Je reconnais que Kevin Huizenga, c'est un peu moins connu que Charles Schultz, le papa des Peanuts...

Ceci dit, si les gens en général ne connaissent pas (encore) Kevin Huizenga, ils ne connaissent pas non plus, et ne connaîtront peut-être jamais Charles Schultz. Car on leur a fait croire que "Snoopy", c'était pour les enfants...

Bref... :)

Bl. a dit…

Et merci à la collection Rivages de nous avoir fait revivre à bas prix les vieux Charlie Brown... en confirmant que moi, qui ait perdu mon âme d'enfant, je ne comprends pas tout à Snoopy !


Bl., un internaute ne connaissant strictement rien à la BD.

Nico a dit…

La collection "Rivages" a fait du beau boulot, c'est clair, en publiant les strips par carrés de quatre cases non colorisées. On est proche de l'esprit original.

Pourtant, Dargaud, qui reprend l'édition américaine Fantagraphics, s'est lancé dans une toute autre gamme de qualité en matière d'authenticité et de respect de l'oeuvre.

Et puis malheureusement, "Rivages" semble avoir jeté l'éponge en cours de route, puisque à ma connaissance, il n'y a plus de nouveaux volumes à paraître, et qui plus est parmi les derniers se trouvait une compilation douteuse...

Mais bon, tout vaut toujours mieux que les "Snoopy" en grands volumes de 48 pages colorisées sur un Amstrad 6128. Là, on est loin, très loin des Peanuts, et proche, très proche de Schulzland...