06 novembre 2008

Franny et Zooey

J.D. SALINGER me réconcilie avec la littérature. C'est pas que j'étais fâché, déçu ou aigri, non ; mais j'ai lu pas mal de choses depuis pas mal de temps, et ces derniers temps la proportion de bouquins inintéressants était devenue trop importante. Ça fait l'effet d'un renvoi : burp.

Salinger n'est pas n'importe qui à mes yeux. C'est parce qu'il a écrit L'Attrape-cœurs, c'est parce que je l'ai lu lorsque j'avais quinze ans et que je n'aimais pas lire qu'il y a eu un déclic. Un préalable, comme dirait l'autre.

L'HISTOIRE. La fratrie Glass a grandi à New York dans une maison cossue durant les années 30 et 40. L'aîné est mort à la guerre. Le second, Seymour, s'est suicidé. C'est le troisième Glass, Buddy, qui raconte l'histoire dans un style un tantinet précieux. C'est l'histoire de Franny, la cadette, qui tombe sous l'influence d'un livre un peu mystique, prônant la prière perpétuelle. Prenant le contenu de ce livre au pied de la lettre, Franny s'échappe peu à peu de la vie concrète et perd pied. Elle ne se nourrit plus, s'évanouit, perd du poids et traîne en robe de chambre dans le salon familial. Zooey son plus jeune frère, parce qu'on lui force un peu la main, va la trouver et tente de mettre les choses à plat, bien maladroitement.

Le roman se résume donc à de longs dialogues d'une finesse assez rare, dans un style parlé que les lecteurs de L'Attrape-cœurs connaissent bien. Les personnages ne sont pas seulement crédibles : ils sont réels, ils sont là devant nous. Avec leur insolence, leur sens inné de la répartie, leurs tics de langage, leurs manières. Les relations entre Zooey et Franny sont chargées d'émotion. Ils ont grandi ensemble à l'ombre des aînés, trop imposants ; et puis les aînés sont morts brutalement, alors... Comment trouver une contenance ? Comment être à la hauteur sans avoir à tirer sa révérence dans le plus bel âge ?

Salinger termine son récit sur un pied de nez d'une incroyable force poétique, dans lequel on retrouve le sens du décalage illustré dans ses nouvelles : « Un jour rêvé pour le poisson-banane », « Oncle déglingué du Connecticut »... Ici c'est "la Grosse Dame"... mais je ne vous en dis pas plus.

Franny et Zooey sont les frère et sœur de Holden Caulfield. L'atmosphère de ce roman a quelque chose du huis clos de September, à mon avis le meilleur film de Woody Allen. La révolution stylistique de Salinger est aussi importante que celle de Céline et le ton aussi dérisoire qu'un Bonjour tristesse.

Pour moi ce roman est une petite merveille, un objet précieux qu'on chérit intensément, comme une part de nous-même qui nous serait rendue après un si long temps.

21 commentaires:

Emma a dit…

Au lieu de relire pour la énième fois L'attrape-cœursqui m’a également profondément marqué, je lirais Franny et Zooey. Grâce à toi. Merci Nicolas !

Nicolas a dit…

Merci à toi pour ton commentaire. Moi ça ne va pas m'empêcher de relire L'Attrape-cœurs, au contraire !
;)

Magda a dit…

Ah flûte mon commentaire n'a pas marché. Bon, je disais que ton bouquin, là, me botte. Mais que le meilleur film de Woody Allen, c'est Hannah et ses sœurs! Na.

Nicolas a dit…

Pas du tout, mais ceci dit September est de la même époque et avec la même actrice.
Avant Hannah et ses sœurs, que j'ai trouvé moyen et que j'ai vite oublié, j'en mettrais de nombreux autres : Manhattan, Annie Hall, Every one says I Love You, Match Point...

Magda a dit…

Ah non, non, non, pas Match Point! Mais pour Manhattan, ok, consensus.

Nicolas a dit…

Oui mais Match Point aussi ! Quiconque connaît les films de Woody Allen sait à quel point il a réussi à se renouveler incroyablement dans ce film, qui est complètement atypique dans son œuvre.
En gros, Woody Allen fait un chef d'œuvre par décennie. Et Match Point est celui des années 2000, c'est pas discutable... :)

...

... en plus c'est le début de sa collaboration avec Scarlett Johansson, qui dans ce film est sensuelle comme c'est pas permis. Bon, après il l'a fait jouer dans une comédie inconsistante puis il lui a demandé d'incarner une blondasse dans le tout dernier. Et Penelope a détrôné Scarlett. Sacré Woody, un cinéaste à femmes...

Magda a dit…

J'adore Woody Allen, je suis inconditionnelle, et je trouve qu'avec Match Point il s'est abaissé à faire un film d'une structure et d'une esthétique d'un épouvantable classicisme. A mes yeux il ne s'agit pas d'un renouvellement : il a cédé à la mode.
ET j'ai adoré Vicky Cristina Barcelona... ;-) dans lequel Scarlett a réussi à m'intéresser pour la 1ère fois à l'écran!

Nicolas a dit…

J'adore Woody Allen, et il ne s'est en rien "abaissé" à faire Match Point : c'est une leçon de cinéma d'un vieux routard que tout le monde pensait limite gâteux et qui compose un film ultra efficace pour répondre aux navets irréalistes et pour le coup, eux, vraiment "classiques" que sont Ocean's eleven et consorts.
Et euh... Vicky... sympa mais faut pas pousser non plus. La prestation de Penelope Cruz est génial et foldingue, mais elle crève tellement l'écran que Scarlett, qui est censée avoir le rôle principal, ne joue plus qu'une blonde sans talent, sans personnalité et sans consistance... :/

Magda a dit…

Ma réponse!

http://cequetulis.wordpress.com/2008/10/09/allen-fraiche/

Nicolas a dit…

Ah non encore !
Ta réponse !

Il serait temps que tu apprennes des rudiments de code html, miss Magda.

Magda a dit…

Pourquoi? comme ça, les garçons s'occupent de moi. ;-) il faut savoir être bête parfois.

Juliann a dit…

moi aussi récemment, j'ai saturé au niveau livre. Ma boulimie a eu un effet pervers sur moi, et finalement, je suis comme toi tombée sur le livre qui a relancé toute la machine...

Je ne connaissais pas celui là, mais, je le lirais à l'occasion

Nicolas a dit…

Merci pour ton témoignage Juliann, mais alors donne-nous le titre de ton livre !!
:)

Gérard a dit…

Bivouac littéraire sur http://poetaille.over-blog.fr
Venez comme vous êtes !

Gérard a dit…

Ne me tenez pas rigueur, cher Nicolas, de ce petit "avis" envoyé de façon certes collective, mais aussi amicale. Juste passer une info, pas un spam - une invitation. Rien de plus.

do a dit…

Franny et Zooey ne sont pas les frères et soeurs d'Holden du tout :) En revanche ils font bel et bien partie de la même famille!

Bien à toi,
Do.

Nicolas a dit…

Salut Do., merci pour le commentaire. Tu m'as mal lu : je ne prétends pas qu'ils sont frères et sœurs dans la fiction, mais dans l'univers de Salinger. Ils sont de la même humanité, si tu préfères.
;)

Tanguy a dit…

Allons bon, je termine à l'instant Franny et Zooey, j'en reste tellement abasourdi que je tape "franny et zooey" sur google pour y trouver... je ne sais trop quoi d'ailleurs, et voilà que je tombe sur le blogalire en 2e occurrence. Heureux de te retrouver par ce biais. Bises.

Anonyme a dit…

Merci d'avoir un blog interessant

Anonyme a dit…

Merci beaucoup pour ton blog,j'aime beaucoup te lire. Cependant,je tiens a te faire remarquer que l'ainé des frères glass est Seymour,qui s'est effectivement suicidé,et que le frère qui est mort a la guerre s'appelle Walt et il ne vient qu'en quatrième dans la famille,avec son jumeau WakeR.
:)

Nicolas a dit…

Merci de ton passage. Pour ce qui est de la fratrie Glass, tu reprends les infos données par la page Wikipedia, qui ne cite pas ses sources... J'ai peu de mémoire pour les personnages et les détails de l'intrigue : dès que je ferme un roman, j'ai déjà presque tout oublié, sauf quelques scènes et ambiances et puis le phrasé. Mais lorsque j'écris un billet, je le fais pour me souvenir et si j'ai cherché à reconstituer la fratrie Glass ci-dessus, tu peux être sûr que j'ai vérifié ce que j'écrivais livre en mains. Alors il me faudra davantage qu'une page Wikipedia non vérifiée pour me corriger.
Au plaisir.
;)