08 juin 2008

(BD) Le Mystère de la grande pyramide

Je ne vais pas en dire très long sur ce diptyque des aventures de Blake et Mortimer, car il n'a que très difficilement retenu mon intérêt. Ce sont les quatrième et cinquième tomes publiés par E.P. JACOBS, après la trilogie Le Secret de l'Espadon. L'intrigue est cette fois transférée au Caire, après l'Orient.

L'HISTOIRE. C'est un début d'intrigue à la Tintin qui amène Philip Mortimer à faire ses valises pour Le Caire. Arrivé là-bas en tant que savant, précédé par sa renommée en tant qu'inventeur du fameux Espadon*, Mortimer est accueilli par ses confrères égyptologues. Ceux-ci sont sur un gros coup : il s'agit de retrouver l'accès vers une chambre cachée dans l'épaisseur de la grande pyramide. Rumeurs et spéculation vont bon train.
Mais c'est sans compter sur les agissements criminels d'un mystérieux malfaiteur, qui veut piller les trésors enfouis et abattre nos deux héros s'ils se mettent sur son chemin.

La principale originalité de ce diptyque est que Mortimer mène seul l'action pendant les trois quarts de l'aventure. Le couple de héros n'est plus qu'un héros seul, aussi ce n'est pas un hasard si le travestissement, le dédoublement sont des thèmes très présents dans cette centaine de pages. Autre point d'originalité : l'action trouve son dénouement dans une ambiance totalement surnaturelle et quasi ésotérique. Il y a dans les dernières pages de cette aventure la même volonté de s'imposer par un morceau de bravoure visuel, tout comme dans le finale de la précédente trilogie.

Je dois avouer par ailleurs que l'aspect excessivement didactique de ce diptyque m'a paru des plus indigestes. Déjà que Jacobs est bavard et qu'il écrit assez mal, comme je le disais lors du précédent billet, mais alors quand il se met en tête de passionner ses lecteurs pour l'égyptologie, avec schémas et généalogies à l'appui... non, vraiment pas.

Après l'Orient, l'Egypte. Dans le prochain tome, La Marque Jaune, ce sera le plein cœur de Londres. Jacobs obéit un réflexe pavlovien du colonialisme britannique. Dommage, finalement, qu'il ait commencé par exposer les bijoux de familles, car La Marque Jaune est plus personnel, plus recentré sur l'essentiel ; c'est un retour sur soi où l'écriture devient beaucoup plus juste. Mais n'anticipons pas...


2 x 56 pages, éd. Dargaud - 13,50 € chaque tome
* Lire Le Secret de l'Espadon

2 commentaires:

Magda a dit…

J'aime pas du tout Blake et Mortimer... c'est pô de la vraie BD pour moi. Moi j'aime Snoopy. Il parle pas pour ne rien dire (comme tu le souligne à propos de Jacobs)

Nicolas a dit…

Je pense tout pareil que toi : Snoopy, y a pas mieux en BD... mais bon, il faut bien que je lise B & M si je veux savoir de quoi que je cause... Qui plus est, La Marque jaune est quand même moins pire que les précédents volumes...