19 septembre 2008

(BD) Zazie dans le métro

L'adaptation, c'est un grand jeu littéraire et ça ne date pas d'hier. Ces dernières années, de grands monuments littéraires du XXè siècle ont été abordés par les auteurs de BD : A la recherche du temps perdu, les Contes du Chat perché, Zazie dans le métro en font partie. Joan Sfar sort également ces jours-ci son Petit Prince ; il avait déjà adapté Candide de Voltaire dans sa "Petite bibliothèque philosophique" chez Bréal, une collection qui a fermé boutique depuis. Le XVIIè siècle n'est d'ailleurs pas oublié dans ce mouvement de reconquête du patrimoine, avec la publication du Tartuffe de Molière.

Clément OUBRERIE propose donc ici sa vision du plus fameux roman de Raymond Queneau. On connaît l'histoire : Zazie débarque à Paris par le train en gare Saint-Lazare. Elle y retrouve son tonton Gabriel, qui doit la garder tout le week-end, le temps que sa mère s'amuse un peu de son côté avec son nouveau Jules. Zazie, elle, n'a qu'une idée : elle veut monter dans le métro.
« Tonton, on prend le métro ?
— Non.
— Comment ça, non ?
— Ben oui : non. Aujourd'hui y a pas moyen, y a grève. Le métro s'est endormi sous terre car les employés aux pinces perforantes ont cessé tout travail.
— Ah les salauds ! Me faire ça à moi !
— Y a pas qu'à toi qu'ils font ça.
— Moi qui étais si contente et si heureuse et tout de m'en aller voiturer dans le métro.
— Faut se grouiller, Charles attend.
— Oh, celle-là, je la connais.
— Mais non, Charles c'est un pote et il a un tac. Je nous l'ai réservé à cause de la grève, précisément.
— Il est rien moche, son bahut.
— Monte et sois pas snob.
Snob mon cul. »


Voyez le genre ?

Alors Clément Oubrerie montre ici deux grandes qualités, selon moi : d'abord, il conserve des tartines entières du texte quenaldien (queneaudien ? queneausien ?), en particulier les dialogues. Et comme Zazie est une véritable démonstration de virtuosité linguistique, le « plaisir du texte » cher à Roland Barthes est conservé du roman à la BD. Ensuite, le dessin "à la Sfar" mettra probablement tout le monde d'accord. Ce style permet à la fois la caricature et la nuance, le côté "croquis" et la palette de couleurs. Les personnages ne sont pas un simple copier/coller des acteurs du film de Louis Malle, et ça c'est bien joué ; y compris Marceline, la femme alibi de tonton Gabriel. Oubrerie la dessine sous les traits d'une belle femme noire, lectrice fière et discrète, à l'allure aussi noble que son personnage éponyme Aya de Yopougon (le quatrième tome va paraître dans la collection "Bayou", chez Gallimard, sous la direction de Joan Sfar).

Bref, j'ai retrouvé en lisant cette BD presque tout le plaisir que j'avais eu à découvrir le roman de Queneau, puis le film de Louis Malle. C'est une adaptation très fidèle, réalisée avec du style. Ça n'est pas aussi délirant que le film, pas aussi jubilatoire que le roman et c'est même peut-être un peu trop sage, pas assez méchant. Mais puisque Gallimard publie le roman dans la collection Folio Junior, cette BD confirme la lecture légèrement édulcorée que fait l'éditeur de ce roman autrefois sulfureux.

J'imagine Zazie plus proche du tendancieux Journal de Sally Mara que des innocents Exercices de style, mais bon. Il appartient à chaque auteur, à chaque éditeur de s'arranger avec son patrimoine, et puis c'est aux lecteurs de se faire une opinion.


72 pages, coll. Fétiche (Gallimard) - 15 €
Le blog de l'auteur : la marge brute

6 commentaires:

Emma a dit…

La couv donne envie, dommage que cela soit une version édulcorée pour ados...

Nicolas a dit…

J'ai dit ça, moi ?
:)

Leiloona a dit…

"des dessins à la Sfar" : ce bouquin m'intéresse drôlement du coup ... Merci !

Emma a dit…

Non ? Comme tu disais que c'était publié chez Folio junior et que c'était un peu édulcoré...

Nicolas a dit…

Le roman est publié en Folio Junior. En Folio et Folio Plus aussi, d'ailleurs. Mais on peut quand même dire que Gallimard a effectivement une lecture de ce roman légèrement en décalage par rapport à ce qu'il contient.

Magda a dit…

Why not? Ca peut être vraiment chouette, Zazie en BD, en tout cas je trouve que ça s'y prête!
La Recherche en BD, c'est de qui? ça me botte!
"snob mon cul", je crois que c'est le slogan latent de mon blog, ça.